Market Monitor - Focus sur le secteur agroalimentaire - Pays Bas

Market Monitor

  • Nederland
  • Voeding

17 dec 2015

Nouvelle hausse de la croissance des exportations attendue en 2016.

  • Nouvelle hausse de la croissance des exportations attendue en 2016
  • Délais de paiement: 40 jours en moyenne
  • Quelques difficultés dans le sous-secteur de la viande

 

Market Monitor Food Industry Netherlands Overview

 

Les Pays-Bas sont l'un des plus grands exportateurs de produits agroalimentaires au monde. En 2014, les exportations ont atteint une valeur de 80,7 milliards d'euros et le secteur représentait 20% du total des exportations du pays (contre 18% en 2013). Plus d'un quart des exportations sont des réexportations: il s'agit de denrées alimentaires importées qui, après avoir subi une transformation mineure, sont à nouveau exportées.

Les exportations néerlandaises de produits agroalimentaires ont augmenté en 2015 et devraient continuer à croître en 2016 grâce à la faiblesse du taux de change de l'euro et à la demande accrue des marchés étrangers. Cela étant, l'embargo russe continue à affecter le secteur, en particulier le sous-secteur des fruits et légumes.

La demande en produits agroalimentaires néerlandais a tendance à augmenter et les marges bénéficiaires de la plupart des entreprises devraient rester stables. Il est relativement facile d'obtenir un financement bancaire et les entreprises sont modérément endettées. La durée moyenne de paiement dans le secteur est de 40 jours, et le nombre de retards de paiement, de demandes d'allongements des délais et de faillites est faible par comparaison avec les autres secteurs économiques néerlandais. Conformément à la tendance générale constatée aux Pays-Bas, les faillites d'entreprises agroalimentaires ont baissé en 2015 et devraient continuer à diminuer dans les prochains mois.

Secteur domestique de la distribution
Les ventes des supermarchés ont augmenté de 1,7% en 2014, soit une hausse quasi similaire à celle de 2013. L'augmentation des recettes est à nouveau attribuable principalement à l'augmentation des volumes (+1,6%), les prix n'ayant augmenté que de 0,1%. Le chiffre d'affaires des autres distributeurs de produits alimentaires, boissons et tabac, également tiré par la croissance des volumes (+1,3%) a augmenté de 1,5% en 2014, tandis que les prix augmentaient de 0,2%. Si la part de la vente en ligne de produits alimentaires reste encore modeste (0,7%, soit une valeur de 320 millions d'euros) ce segment a toutefois enregistré une croissance de 13,5% en 2014, une tendance qui devrait se poursuivre en 2015 et 2016.

 

The Netherlands: Food and beverages sector

 

La concurrence fait rage chez les grossistes fournissant le secteur de la restauration, d'où la forte pression qui pèse sur leurs marges, tandis que les petits hôtels et restaurateurs s'approvisionnent de plus en plus directement auprès des supermarchés où ils trouvent des prix plus avantageux. Ceci dit, notre politique de couverture du segment de la distribution reste souple.

Produits laitiers
Le secteur des produits laitiers est un segment important de l'industrie agroalimentaire néerlandaise.
65% de la production de lait est vendue à l'étranger, principalement en France, en Belgique et en Allemagne. La part des Pays-Bas dans le commerce mondial des produits laitiers s'élève à 5%. En dehors de l'UE, la Chine, le Nigeria et l'Arabie Saoudite sont actuellement les destinations d'exportation les plus importantes, suite à la chute de la demande de la Russie à partir d'août 2014. La production de fromage a décliné de 2,7% en 2014 en raison de l'embargo russe sur les importations.

Malgré l'augmentation de l'offre de lait transformé en 2014, la baisse des prix des produits laitiers a entraîné l'an dernier une diminution de 1,5% de la valeur de la production néerlandaise, qui s'est établie à 7,2 milliards d'euros (-1,5%). L'accroissement de la production dans plusieurs État membres de l'UE a conduit à une offre excédentaire qui n'a pas pu être absorbée, la demande de la Chine ayant décliné et l'embargo russe étant toujours d'actualité. Toutefois, depuis août 2015 le marché connaît une relance et les prix remontent. La production de produits dérivés du lait devrait croître de 5% en 2015, grâce à l'abolition des quotas laitiers entrée en vigueur le 1er avril 2015.

Notre stratégie générale de couverture du sous-secteur des produits laitiers est devenue plus restrictive en 2015 en raison de la baisse des recettes, mais les perspectives restent modérément positives puisque les entreprises du secteur néerlandais de la transformation du lait sont en général correctement financées et détiennent une forte position de marché. Cependant, nous surveillons plus étroitement les acheteurs qui ont prévu de réaliser des investissements importants et qui sont axés principalement sur le marché d'exportation chinois – actuellement en repli. 

Fruits et légumes
La tendance actuelle à une moindre consommation énergétique et à la baisse des prix du gaz est particulièrement favorable au segment des légumes de serre. La baisse des coûts et l'amélioration des prix contribuent à soutenir les marges bénéficiaires. L'embargo russe sur les importations continue toutefois, cette année encore, d'affecter les exportations: les volumes totaux d'exportations ont diminué de 15% au premier semestre 2015.

En 2014, les producteurs de fruits ont été confrontés à une chute des prix de 20% en moyenne, due à une excellente récolte. L'an dernier, ils ont également souffert d'une baisse considérable de leurs revenus, et la pression permanente contraint les opérateurs du secteur des fruits à chercher d'autres marchés. Cette année, l'important marché russe a également impacté les exportations de pommes qui ont chuté de 14% au premier semestre.
 

 

Dutch food sector: strengths and weaknesses

 

Notre stratégie de couverture reste ouverte, car notre exposition concerne principalement des entreprises situées à l'extrémité de la chaîne de valeur. Les marges des grossistes en fruits et légumes sont généralement faibles, mais leur ratio coût/efficacité est élevé.

Viande
90% de la production néerlandaise de viande de porc est exportée en Europe, l'Allemagne représentant une part de 20%. La pression sur les marges est élevée et cette situation devrait perdurer dans les années à venir, car les consommateurs sont devenus plus attentifs à la qualité, le pouvoir des supermarchés de négocier les prix s'est renforcé et les surcapacités menacent le secteur. Nous avons constaté que les marges des entreprises axées sur l'amélioration du ratio coût/efficacité, l'innovation et la qualité se sont stabilisées à hauteur de 5 à 6%, tandis que les opérateurs moins attentifs à ces aspects ont vu les leurs décliner, à environ 1,5%. Notre politique de couverture des producteurs de viande reste généralement neutre.

Disclaimer

De informatie in dit document wordt uitsluitend ter algemene informatie verstrekt en hieraan kunnen geen rechten worden ontleend. De toepasselijke voorwaarden zijn te vinden in de polis of de betreffende product- of dienstverleningsovereenkomst. Niets in dit document mag worden opgevat als strekkende tot enigerlei recht, verplichting, verantwoordelijkheid of advies aan de zijde van Atradius en derhalve ook niet tot enigerlei verplichting tot het uitvoeren van due diligence op afnemers of ten behoeve van uzelf. Indien Atradius due diligence op een afnemer uitvoert, gebeurt dit ten behoeve van haar eigen acceptatiedoeleinden en niet ten behoeve van de verzekeringsnemer of enige andere persoon. Daarnaast zijn noch Atradius noch enige aan haar verbonden ondernemingen, deelnemingen of dochterondernemingen aansprakelijk voor welke directe, indirecte, speciale, incidentele of gevolgschade dan ook voortvloeiende uit het gebruik van de in dit document opgenomen informatie.