Baromètre des Pratiques de Paiement Belgique 2016

Baromètre des Pratiques de Paiement

  • Belgique
  • Agriculture,
  • Automobile/Transports,

14 avr. 2016

Sondage international relatif au comportement de paiement B2B Belgique – résultats du sondage

Belgique – résultats du sondage

Ventes à crédit

Les participants à l’enquête en Belgique, tout comme ceux en
France, en Autriche, en Suisse et en Allemagne, semblent être
assez fortement réticents quant à l’octroi de crédits commerciaux
aux clients business-to-business (B2B).

 

 

 

 

B2B sales on credit

 

 

 

 

En moyenne, près de 30,0% de la valeur totale des ventes B2B des sondés ont été traitées à crédit. C’est bien en deçà de la moyenne de 41,2% pour l’Europe occidentale. En comparaison avec l’année dernière, la valeur moyenne des ventes B2B basées sur un crédit en Belgique a baissé d’environ 3% (en Europe occidentale, c’est resté stable). L’approche plus prudente des sondés belges par rapport au recours au crédit commercial dans les transactions B2B peut refléter l’environnement de faillites difficile dans lequel ils travaillent
actuellement (le taux d’insolvabilité en Belgique est d’environ 2% et atteint un niveau supérieur à celui enregistré en 2007).

 

 

 

Fact box1 Belgium 2016

 

 

 

Aucune préférence claire pour la vente à crédit aux clients B2B nationaux
ou étrangers n’est affichée par les sondés belges. 30,7% et 27,3% de la valeur totale des ventes B2B nationales et étrangères ont respectivement été réalisées à crédit (moyennes de l’étude: 44,8% pour le niveau national et 37,7% pour l’étranger). Cela reflète une perception presque uniforme du risque de paiement émanant du commerce B2B national et étranger. Ce fait est commun à la majorité des pays sondés, sauf en Europe méridionale (Grèce, Italie, Espagne), où les pays semblent être moins réticents au crédit
commercial pour les clients B2B nationaux qu’étrangers.

Factures B2B en souffrance (%)

Conformément à la moyenne de l’étude, 92,0% des sondés belges ont enregistré des paiements tardifs de leurs factures par les clients B2B au cours de l’année écoulée. Cela a débouché sur une moyenne de près de 41,3% de la valeur totale des créances B2B restant en souffrance après la date d’échéance. Ces résultats sont conformes à la moyenne de l’étude. Le paiement tardif des factures est survenu pour ainsi dire aussi souvent avec les clients nationaux qu’avec les clients étrangers, et n’a pas beaucoup varié
au cours de l’année écoulée. Cette observation coïncide avec les conditions commerciales difficiles auxquelles les entreprises belges sont actuellement confrontées.

 

 

 

 

Past due B2B receivables

 

 

 

 

Le paiement tardif des factures (nationales et étrangères) se reflète dans le chiffre relatif au délai moyen de paiement (DSO) indiqué par les sondés en Belgique. Il est en moyenne de 51 jours (moyenne de l’étude: 48 jours), neuf jours plus long qu’il y a un an. Cela signifie que les sondés de Belgique doivent attendre plus longtemps pour disposer des liquidités, qui sont immobilisées en créances, qu’ils pourront utiliser pour faire évoluer leur entreprise. De plus, 30,0% des sondés s’attendent à ce que leur DSO se détériore au cours des 12 prochains mois.

Cela peut expliquer pourquoi il y a plus de sondés en Belgique (11,3%) qu’en Europe occidentale (8,6%) qui considèrent que l’efficacité de gestion des créances est le plus grand défi que rencontre la rentabilité des entreprises cette année. Cet aspect et la conservation de niveaux de trésorerie adéquats (18,0% des sondés, en comparaison à 16,4% en Europe occidentale) sont les
deux défis les plus relevés par rapport à la rentabilité des entreprises.

Délais de paiement
(nombre de jours moyen)

Les délais de paiement accordés aux clients B2B par les sondés en Belgique sont en moyenne de 29 jours à partir de la date de la facture et sont cohérents avec la moyenne de l’enquête (31 jours). Les délais nationaux et étrangers ne diffèrent que de deux jours, ce qui reflète la perception uniforme déjà mentionnée du risque de paiement lié aux activités B2B nationales ou étrangères. En comparaison avec l’année dernière, les sondés belges ont accordé des délais de paiement beaucoup plus courts à leurs clients B2B, en particulier sur le marché national. Les délais de paiement
moyens y sont environ une semaine plus courts qu’en 2015.

 

 

 

 

Payment duration

 

 

 

 

Malgré la tentative visant à compenser les retards de paiement en raccourcissant les délais de  paiement, les sondés belges doivent à
présent attendre plus longtemps que l’année passée pour recevoir
le paiement de factures B2B échues. Celles-ci sont réglées par les clients B2B nationaux et étrangers en moyenne dans les 25 jours suivant la date d’échéance (moyenne de l’étude: 22 jours). Cela signifie qu’il faut actuellement aux sondés de Belgique en moyenne
54 jours à partir de la facturation pour disposer des liquidités des factures B2B impayées. Cela est pratiquement conforme à la moyenne de l’étude.

Principaux facteurs de retard de paiement

En Belgique, les sondés ont été plus nombreux que l’année dernière
(58,2%, conformément à la moyenne de l’étude, contre 50,3% l’année dernière) à indiquer que les clients B2B nationaux paient leurs factures en retard en raison de problèmes de liquidités. La deuxième raison la plus fréquemment invoquée pour justifier le retard de paiement des clients B2B nationaux est l’insolvabilité formelle de l’acheteur et l’utilisation intentionnelle par le client de factures en souffrance en vue d’un avantage financier (23,3% des sondés).

 

 

 

 

Fact box2 Belgium 2016

 

 

 

 

De même, le retard de paiement des factures étrangères en raison de problèmes de liquidités a été plus souvent cité (42,6% des sondés belges) que l’année dernière (37,3%). Cependant, comme nous l’avons déjà observé il y a un an, pour un pourcentage notable de sondés (23,0%), le retard de paiement des factures étrangères est très souvent dû à des facteurs externes qui sont
indépendants de la stabilité financière du client, comme la complexité des procédures de paiement transfrontalières et les manquements du système bancaire. Ces éléments pèsent lourd sur le délai de paiement des factures étrangères en Belgique.

Peu importe la raison pour laquelle les clients ont payé leurs factures en retard, cela a eu un impact négatif sur les entreprises interrogées en Belgique. 25,4% ont dû retarder les paiements à leurs propres fournisseurs et près de 20,0% ont enregistré une perte de revenus. Cela peut expliquer pourquoi beaucoup plus de sondés en Belgique (45,7%) qu’en Europe occidentale (34,8%) envisagent de vérifier la solvabilité des clients plus souvent qu’en 2016. Nous observons par ailleurs que de plus nombreux sondés en Belgique (32,0%) ont rapporté une utilisation accrue des méthodes de paiement sans risques dans le commerce B2B par rapport au pourcentage enregistré pour l’Europe occidentale (26,0%) en général.

Créances irrécouvrables

La proportion de créances B2B rapportées par les sondés belges comme étant irrécouvrables (moins d’un pour cent de la valeur totale des créances B2B) est inférieure à la moyenne pour l'Euope Occidentale (1.3%).

 

 

 

 

Uncollectable B2B receivables

 

 

 

 

Les créances considérées comme irrécouvrables apparaissent pour ainsi dire aussi souvent au niveau national qu’au niveau étranger. Les créances B2B nationales irrécouvrables proviennent le plus souvent des secteurs de la construction, des biens de consommation durables et de
l’industrie des services. Pour la plupart des sondés en Belgique
(55,2%), les créances B2B étaient irrécouvrables principalement
en raison de la faillite ou de la cessation des activités du client
(sondés en Europe occidentale: 59,3%). Parallèlement, environ
25% des sondés dans le pays ont déclaré que les pertes étaient
principalement dues à l’échec des tentatives de recouvrement et
parce que les coûts supplémentaires pour poursuivre les débiteurs
commerciaux étaient supérieurs à la valeur de la créance
proprement dite. Pour de plus amples informations sur les pratiques
de recouvrement des créances B2B dans le monde, veuillez
vous référer au Global Collections Review d’Atradius Collections
(téléchargement gratuit après enregistrement), disponible
dès octobre 2016 sur www.atradiuscollections.com

Pratiques de paiement de l’industrie

Les participants à l’enquête en Belgique ont déclaré accorder des crédits commerciaux principalement aux clients B2B dans les secteurs des biens de consommation durables, de la construction et des services. Les délais de paiement des factures octroyés par les sondés belges à leurs clients B2B dans le secteur des services financiers sont supérieurs à la moyenne nationale (en moyenne 32 jours à partir de la facturation). Les clients B2B dans le secteur
de la construction sont les plus lents à régler les factures en souffrance (légèrement au-dessus de la moyenne nationale).

 

 

 

 

Fact box3 Belgium 2016

 

 

 

 

Le secteur de la construction a généré une proportion supérieure à la moyenne (pour le pays) de factures ouvertes. Cependant, selon la plupart des sondés en Belgique (68%), le paiement tardif des factures en raison de problèmes de liquidités de la part des clients s’est manifesté le plus souvent dans le secteur des biens de consommation durables. A l’opposé, le paiement tardif dans le secteur de la construction découlait le plus souvent de l’insolvabilité formelle du client (35,0% des sondés).

La plupart des sondés en Belgique s’attendent à ce que les pratiques de paiement des clients B2B du secteur des biens de consommation durables se détériorent légèrement dans les 12 prochains mois. Aucun changement significatif n’est prévu par rapport aux pratiques de paiement des clients issus d’autres secteurs.

 

Avertissement

Les informations figurant sur ce site sont uniquement fournies à titre indicatif et ne doivent pas être utilisées à d’autres fins que celles mentionnées. Nous vous remercions de bien vouloir vous reporter aux réglementations et accords en vigueur. Aucune information ne peut être considérée comme créant un droit, une obligation ou engageant la responsabilité d’Atradius y compris pour juger de la moralité d’un ou de plusieurs acheteurs. Si Atradius juge de la moralité d’un acheteur, elle le fait pour le compte de son arbitrage et en aucun cas au bénéfice de ses assurés ou toute autre personne. En aucun cas, Atradius, ses partenaires ou sociétés apparentées, agents ou employés, ne pourront être tenus responsables envers les lecteurs ou toute autre personne pour toute décision ou mesure prise sur la foi des informations contenues dans ces pages, ou pour tous dommages indirects, particuliers ou similaires, même si ces personnes ont été avisées de l’éventualité de tels préjudices.